La clef du bonheur ?

Je me suis lancé dans un projet qui me faisait plutôt peur : fabriquer une clef.

En plus, il s’agit d’une clef qui doit ouvrir 2 serrures. Et autant la première est assez « lâche » dans ses dimensions autant la seconde ne pardonne aucune imprécision.

Me voici parti avec un rond de 10 mm et un plat de 25×10 mm que je travaille à la meule puis à la lime.

Une fois suffisamment avancé, je le rapporte sur le rond en le soudant.

3 aller-retour à la chapelle qu’elle doit ouvrir :

  • Le premier :  la clef ne rentre pas dans la serrure
  • Le deuxième : la clef rentre mais ne tourne pas
  • Le troisième : ça ouvre !

 

Clef forgée en acier
Clef forgée, vue sur l’anneau coeur

Une pensée me vient en travaillant pour le magnifique livret de Maurice Maeterlinck de l’opéra Ariane et Barbe-bleue

«  Il m’aime, je suis belle
et j’aurai son secret.
D’abord il faut désobéir: c’est le premier
devoir quand l’ordre est menaçant
et ne s’explique pas.
Les autres ont eu tort et les voilà
perdues pour avoir hésité.
Nous voici dans la galerie qui précède
la salle où son amour m’attend.
Il m’a donné ces clefs qui ouvrent
les trésors des parures nuptiales.
Les six clefs d’argent sont permises,
mais la clef d’or est interdite.
C’est la seule qui importe.
Je jette les six autres
et garde celle-ci. » 

Reste à trouver une jolie forme pour l’anneau. Ce sera le coeur !

Une fente dans le rond, un recourbé qui pour être régulier me donne du fil à retordre puis un passage à la forge pour l’aspect général et le résultat me satisfait.

Je ne vais tout de même pas devenir serrurier car je ne pourrai garantir la solidité dans le temps de la soudure et du choix de l’acier.

J’imagine que les professionnels doivent utiliser un acier un peu plus carboné que le mien…

La prochaine fois que je verrai un serrurier, je lui demanderai ce qu’il en pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top